L’anonymat sur le Net n’a jamais existé, mais ça ne veut pas dire qu’il faut le tuer